Connaissez-vous le roller agressif ?

Ne vous inquiétez pas si on vous parle de roller agressif un jour. Tout cela n’a rien à voir avec une quelconque agressivité au sens propre mais plutôt avec le fait que le rider qui pratique l’agressif ne se contente pas d’être passif vis-à-vis de son environnement. Envie d’en savoir plus ? C’est parti !

 

Skatepark ou street ?

Pratiqué sur des rollers inline (patins où les roues sont alignées sous le pied à l’inverse du modèle quad), le roller agressif se pratique principalement  dans deux environnements : la rue et les skateparks.

La pratique dans la rue se nomme le street. Dans ce cadre, le rider cherche à s’approprier son environnement urbain pour pouvoir enchaîner les figures. Rampes d’escaliers, rambardes, trottoirs deviennent alors un obstacle ou un élément utilisable dans le cadre d’une figure. Une rampe d’escalier peut faire un très bon module que l’on franchira en slide (glissade sur une barre de fer ou tout autre élément que l’on pourra franchir ainsi) et un trottoir devenir un obstacle parfait pour un jump (un saut).

Et pour ceux qui cherchent un terrain balisé, les skateparks accueillent le roller agressif à la manière des skateurs. Le principe est sensiblement le même : enchaîner les tricks les plus impressionnants en utilisant obstacles et modules qui constituent le skatepark. La plupart des grandes compétitions mondiales se basent sur cette pratique et ses variantes pour juger de qui sera le meilleur rider. C’est d’ailleurs ici que s’est fait remarquer Taïg Khris, le détenteur de nombreux records en roller agressif.

ÉQUIPEZ-vous bien

On ne pratique pas le roller agressif comme on pratique le foot le dimanche après l’apéro. Comme tous les sports extrêmes, il faut s’équiper et se préparer en conséquence : une chute est (très) vite arrivée et les conséquences peuvent être très graves.

Tout d’abord, pensez aux protections. Le casque est obligatoire (même les professionnels en sont équipés) pour éviter les chocs violents sur la tête. Mais vous pouvez (voire devez) renforcer les protections avec des protège-genoux et des protège-coudes et limiter fortement les dégâts directs. Il faut savoir que même les plus aguerris ne sont pas à l’abri de chuter, loin de là, et que la vitesse associée aux figures complexes peut vous amener rapidement à l’hôpital.

Ensuite, sachez que tous les rollers ne conviennent pas à la pratique du roller agressif : un bon patin doit être renforcé à des endroits stratégiques, là où des patins freestyle et fitness ne le sont pas. Vous pourrez retrouver de nombreux patins conçus spécialement pour une pratique agressive sur Zoorider.com. Vous n’avez donc plus d’excuse pour partir à la conquête du skatepark avec du matos adapté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *