Fascinantes villes fantômes

Si certaines villes bourdonnent de vie jour et nuit, à l’image de New York, Tokyo ou Paris, d’autres ont vu leurs habitants partir, ne laissant derrière eux que les murs de leurs maisons. Ces villes fantômes restent un témoignage unique d’un autre temps et rappellent bien souvent à l’homme que la nature a tôt fait de reprendre sa place. Allons donc à la découverte des villes fantômes étonnantes, tragiques ou insolites.

Bodie, une ville fantôme à visiter

A l’origine était l’homme

Pour voir naître une ville fantôme, la présence humaine est toujours obligatoire : sans homme, pas de ville. Mais c’est aussi sa disparition qui va permettre à la ville de « mourir » et de devenir une ville fantôme.

De nombreuses raisons peuvent pousser les habitants à laisser derrière eux des villes qui ont parfois accueilli la civilisation durant de nombreuses années. On peut ainsi trouver des villes fantômes dues aux catastrophes naturelles (éruption volcanique, glissements de terrain…) mais aussi victimes de catastrophes humaines (guerres, essais et accidents nucléaires).

De la même manière, certaines villes fantômes font suite à des décisions d’implantation risquées : un entrepreneur illuminé créant une utopie sur un bout de terre aride, installation près d’une ressource limitée qui finit par se tarir. On pensera par exemple aux nombreuses villes laissées vides après la ruée vers l’or : les pionniers ont construit des cités au milieu du désert puis quand l’or s’est tari, la population est partie trouver une terre plus accueillante.

 

Les villes fantômes à visiter

Oradour-sur-Glane, une ville fantôme témoin de la barbarie

Pour ceux qui souhaitent pouvoir visiter une ville fantôme sans avoir à quitter les frontières de notre pays, c’est possible. Il existe quelques villages de montagne situés dans des régions difficilement accessibles ainsi que quelques ruines laissées par la première guerre mondiale dans le Nord de la France. Mais la plus emblématique des villes fantômes françaises n’est autre qu’Oradour-sur-Glane dans le Limousin, qui garde les traces de la sauvagerie et de la violence des nazis.

Pripiat, après Tchernobyl

Plus loin de chez nous, une ville représente également l’impact de l’homme sur son environnement : Pripiat en Ukraine. Cette cité soviétique est particulièrement célèbre pour avoir le taux de radioactivité le plus important que l’on connaisse. L’endroit donne la chaire de poule puisqu’on y retrouve la fuite des habitants qui ont tout laissé derrière eux, des meubles aux jouets des enfants. Le temps y est arrêté et malgré le danger, il est possible de visiter les lieux ave un guide.

Bodie, souvenir de la ruée vers l'or

Pour avoir une idée de l’atmosphère durant la ruée vers l’or, direction Bodie en Californie. Cette ville champignon est née après l’annonce de la découverte d’or. Jusqu’à 10 000 habitants y vécurent durant la période faste puis la ville perdit de son intérêt et des incendies achevèrent de laisser la ville à l’abandon. Il est possible de visiter la ville et d’admirer le travail de la nature qui reprend ses droits.

Hashima, l'île ville fantôme

Enfin, Hashima est une île fantôme japonaise. Popularisée par le cinéma (Skyfall, Battle Royal : Requiem), cette île était à l’origine un petit bout de caillou au sud du Japon. La découverte de charbon fit s’installer une industrie dédiée, bientôt complétée par des écoles, des commerces et même un hôpital. Puis quand vient la fin du gisement, la population finit par partir. Aujourd’hui, l’île ressemble à une création humaine, à tel point que son nom japonais signifie l’île navire de guerre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *